13-04-2017

Quel est votre avis sur le BIM ? (2)

Dans chaque numéro de BBM, nous posons une question d’actualité en rapport avec la construction à plusieurs professionnels du secteur. Cette fois-ci : Quel est votre avis sur le BIM ? 

Ben Vervoort

Coordinateur BIM

STABO

Le BIM, c’est l’avenir. Cela va devenir LA façon de travailler dans la construction, une évolution que nous envisageons très favorablement. Le BIM étant actuellement encore à ses premiers balbutiements, notre bureau d’études doit passer par une phase d’apprentissage pour pouvoir en tirer une plus-value et une rentabilité.  De l’information détaillée est intégrée aux plans à un stade précoce. Cela signifie d’une part que notre charge de travail augmente, mais que d’autre part il est moins question de travail en double. De plus, la marge d’erreur se voit diminuée grâce à de meilleures conventions et à l’échange rapide d’information. Le BIM facilitera les processus surtout dans le cas de projets menés en équipe de construction, ce sera par contre moins évident dans la culture actuelle des adjudications. Comme chacun commence à voir les avantages et la logique du BIM, cette méthode de travail est appelée selon nous à devenir le standard.

 

 

Rudy De Smedt

Conseiller BIM

ABT Belgique

Pour un bureau multidisciplinaire comme ABT Belgique, le BIM joue un rôle important tout au long de la vie d’un projet, depuis l’idée initiale jusqu’à la phase opérationnelle. Pour le moment, l’accent est mis sur la conception et la préparation de la construction proprement dite. ABT Belgique fait partie du Groupe Oosterhoff (ABT bv, Luning, ABTWassenaar, IBD) et rassemble différentes disciplines du processus de conception.  Au sein du groupe sont utilisés les mêmes conventions et outils BIM, ce qui rend l’information plus largement et qualitativement disponible pour chaque partie prenante au projet. Les différentes disciplines travaillent souvent intégralement dans un seul modèle virtuel. Ainsi, la modélisation se déroule sans conflits, ce qui évite de devoir en résoudre après-coup. Lorsque nous collaborons avec des partenaires externes, nous passons des accords clairs sur la manière avec laquelle partager l’information dans le respect des intérêts de chaque partie.

 

 

Dave De Busschere

Architecte-gérant

De Busschere + Wolfs architecten

En 2005, nous avons remis en question notre organisation et sommes arrivés à la conclusion suivante : « Où en sommes-nous, au juste ? On roule sur Mars avec de petits véhicules robotisés et nous en sommes toujours à la table à dessin améliorée (2D-CAD) ?! » Notre recherche de solutions nous a permis d’expérimenter avec des modèles 3D, afin d’en découvrir les avantages et les inconvénients. Nous avons basculé totalement vers les logiciels BIM en 2007. La perte momentanée de productivité durant la phase de transition constitue sans doute l’obstacle majeur pour la plupart des bureaux. Pourtant, les avantages que l’on en tire procurent une grande satisfaction, surtout la diminution des coûts liés aux erreurs dans la correspondance entre façades, plans et coupes. En outre, il est très simple de générer toutes sortes de tableaux, plans d’implantation, et autres. Pour les petits projets, le BIM est cependant surdimensionné et n’a comme seul avantage pour les concepteurs de disposer en interne d’un modèle 3D.

 

David Dupont

Engineering Manager

CRH Structural Concrete Belgium

Une meilleure performance en dessin et une diminution des coûts de défaillance furent nos principales motivations pour démarrer avec des logiciels BIM. Ces raisons étaient aussi les seules qu’il était possible d’expliquer à un comptable. Un argument beaucoup plus important est pourtant celui-ci : ne pas se lancer dans le BIM vous exclut du marché. Inévitablement, une telle transition ne se passe pas sans problèmes. Il faut par exemple remplacer des programmes écrits sur mesure par des logiciels BIM moins performants. Des dessinateurs qui faisaient jadis des merveilles en AutoCAD ont du mal à s’adapter. N’aurions-nous alors aucun intérêt à nous lancer ? Bien sûr que si, mais les avantages les plus importants n’apparaissent qu’une fois les processus internes à l’entreprise et les protocoles externes de communication adaptés aux nouvelles possibilités qu’offre le BIM. Ce qui prend naturellement énormément de temps. Quand le premier pigeon voyageur fut remplacé par le télégraphe, il y eut aussi des gens pour se demander combien de pigeons voyageurs ils auraient pu acheter pour le prix d’une ligne de télégraphe.


  Plus d'articles: La question-clé
NEWSLETTER

Souhaitez-vous rester au courant de l'actualité du secteur de la construction ?

  S'INSCRIRE